Le jour du solstice d’hiver

solstice d'hiverDongzhi (冬至)

Il y a plus de 2 500 ans, à l’époque des Printemps et Automnes (770-221 av. J.-C.), la Chine a déterminé avec le cadran solaire primitif le solstice d’hiver. C’est la première partie qui fut déterminée parmi les 24 périodes de l’année climatique. Elle se situe entre les 22 et 23 décembre. Lors du jour de solstice d’hiver, la journée est la plus courte et la nuit la plus longue dans l’hémisphère Nord. Après ce jour, les journées deviennent plus longues et l’aspect « yang »se rehausse, débutant un nouveau cycle. Il est donc considéré en Chine comme un jour favorable.

Huntun

La célébration du Jour de solstice d’hiver date de la dynastie des Hans (206 avant J.-C. -200). Elle est devenue régulière sous les dynasties des Tang (960-1279). Sous la dynastie des Han, le solstice d’hiver a été considéré comme la fête d’hiver et une cérémonie de célébration officielle devait être organisée chaque année. Ce jour-là, les fonctionnaires bénéficiaient d’un jour de congé, l’armée restait surplace, la passe frontalière était fermée ainsi que les boutiques, et les amis se rendaient visite, en offrant mutuellement un cadeau. Sous la dynastie des Tang et des Song, les gens du peuple offraient ce jour-là un sacrifice aux ancêtres et présentaient leurs meilleurs vœux à leurs parents. L’empereur participait quant à lui à la cérémonie du culte au ciel, organisé dans la banlieue de la capitale. Dans les documents de la dynastie des Qing (1644-1911), on lisait cette inscription : « Le solstice d’hiver est plus important que la fête du Printemps ». Cela montre que les ancêtres attachaient une grande importance au jour du solstice d’hiver. Photo ci-dessus : la fameuse soupe de raviolis appelée « Huntun ».

Tangyuans 2

Lors du solstice d’hiver, on a coutume de manger des « huntun » (soupe de petits raviolis (image ci-contre) dans certaines régions du nord de la Chine et des raviolis dans certaines autres régions. Ces repas permettaient aux gens de ne pas craindre le froid… Dans le sud, on mange des haricots rouges cuits afin de chasser les épidémies et les démons ou des « tangyuan » (boulettes de riz glutineux fourrées). Les « tangyuan » peuvent aussi être offerts comme offrandes aux ancêtres ou comme cadeau aux amis. Dans la province de Taiwan, la tradition d’offrir des gâteaux appelés neuf-feuilles aux ancêtres, le jour du solstice d’hiver, s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Des offrandes peuvent aussi des gâteaux de farine de riz glutineux en forme de coq, de canard, de tortue,  de cochon, de bœuf ou de mouton, cuits à la vapeur. Ce jour-là, les gens d’un même clan se rassemblement dans le temple des ancêtres pour se prosterner, selon l’ordre de leurs générations, devant les tablettes des ancêtres. Après la fin des rites, ils festoient ensemble. Photo ci-dessus : les tangyuans ou boulettes de riz, pouvant être de différentes couleurs.

Article : Xuanji.fr