15 jours de fêtes au Nouvel An

Fêter le dragon

Durant ces quinze jours de fêtes du Nouvel an chinois, nombreux sont les us et coutumes traditionnels dans chaque région de l’Empire du Milieu. Il y a des choses à faire et d’autres à ne pas faire pour les chinois, comme par exemple, parler de la mort ou être grossier. Ces quinze jours annoncent également l’arrivée du printemps et les gens n’hésitent pas à allumer volontairement des bougies pour attirer la longévité. Aussi, il est bon de ne pas balayer devant sa porte durant cette période (excepté du seuil vers l’intérieur ou à condition d’évacuer les poussière par la fenêtre ou par une porte de derrière), cela fait fuir la chance de la maison. Enfin, quand on casse de la vaisselle à cette période l’on doit prononcer sur le champ, le mot paix.

La veille du Nouvel An Chinois

Tout d’abord, la fête commence la veille du réveillon par un repas regroupant tous les membres de la famille autour d’une table. C’est l’occasion de se rassembler. Cela a beaucoup de significations pour les chinois et quand un membre de la famille ne peut être présent, il est de coutume de laisser une chaise vide pour marquer sa présence. Durant cette soirée, les enfants reçoivent les fameuses enveloppes rouges du Nouvel An (voir l’article précédent). Concernant les plats, ils sont variés, colorés et censés amener la chance pour la nouvelle année, rien n’est choisi au hasard… les légumes pour l’intelligence et la spiritualité, le poulet pour la santé, le poisson, les crevettes et la viande pour la réussite. Les lentilles et les raviolis par exemple, appellent la prospérité par leurs formes. Un plateau spécial de fruits sec et de sucreries est également destiné aux proches et aux amis, invitant à la réunion et au rassemblement. Enfin, rester debout toute la nuit est censé permettre aux parents d’avoir une longue vie.

Les 15  jours marquants du Nouvel An Chinois

Il est de tradition, lors du deuxième jour, de prier les ancêtres, les dieux, d’aller voir les amis pour leur souhaiter la bonne année et surtout d’être agréable avec les chiens. Le troisième et quatrième jour, les gendres peuvent exprimer leurs vœux à leurs beau-parents, en sachant qu’on ne doit pas déranger les souris qui marient leurs enfants le soir, ce qui signifie aller au lit plus tôt. Le cinquième jour, appelé WOO, on reste à la maison pour accueillir le dieu de la richesse. Du sixième au dixième jour, les ballades et visites chez les amis comme au temple sont un rituel immuable, sans oublier que le 7ème jour on mange des nouilles et du poisson cru pour la longévité, tout en faisant des offrandes à l’Empereur de Jade. Du dixième au douzième jour, il est bon d’inviter sa famille et les amis à dîner. Le treizième jour, l’on mange uniquement du riz associé à des feuilles de moutarde. Et enfin, le quatorzième jour est dédié à la fameuse préparation des lanternes rouges pour l’unique et dernier jour, le lendemain, soit le 15ème.

Danse du lion et danse du Dragon

Ces célébrations légendaires sont censées éloigner les mauvais esprits et protéger. Ils appellent la chance et un meilleur destin. La tradition de la danse du lion veut que le dragon dévore un chou vert tout en recrachant ses feuilles pour garder le fameux paquet rouge situé à l’intérieur, ceci sur un rythme effréné de percussions et de tambours. La danse du dragon quant à elle, est un également un symbole fort de ces fêtes, digne d’un animal légendaire vénéré pour apporter la force, la chance et le courage. Les pétards associés aux bruits de percussions font partie de la fête pour faire fuir les mauvais esprits.

Article : Xuanji.fr

Hong Bào, l’enveloppe rouge

Hong Bào l’enveloppe rouge du nouvel an chinois

hong bao

Ces enveloppes rouges données durant les fêtes du nouvel an chinois, sont un don d’argent et servent également pour les dessous-de-table politiques. Elle sont généralement offertes au cours des fêtes familiales, comme des réceptions de mariages, ou lors de fêtes traditionnelles, comme le nouvel an chinois (dans ce cas, elles sont appelées : Yàsui Qian 壓歲錢  .

Le rouge qui est la couleur de la chance, symbolise le montant d’argent avec un nombre favorable, bien souvent se référent au chiffre 8, et dont la prononciation est proche du mot prospérité en chinois (il faut savoir que lors des mariages, les robes de mariées et les costumes traditionnels sont également parés de couleur rouge, tout comme pour les enfants, lors du nouvel an). Le don peut être très important parfois, il se réfère à l’importance sociale, le lien et les relations entretenues. Lors du nouvel an chinois, cette enveloppe est uniquement donnée par des adules (généralement mariés), aux enfants de passage et leur propre progéniture. En offrant cette enveloppe, il est souhaité un avenir faste et prospère.

D’autres pays asiatiques ont cette coutume similaire, notamment au Vietnam, au Japon, en Corée, en Malaisie et en Thaïlande, mais les us et coutumes diffèrent légèrement d’un pays à l’autre. Ceci montre une nouvelle fois, l’importance de la couleur rouge en Asie.

Article : Xuanji.fr

La veille du nouvel An chinois

gastronomieLa veille du Nouvel An lunaire est considérée comme le moment le plus important au cours duquel tous les membres de la famille prennent ensemble le dîner. Le repas est beaucoup plus copieux que celui des jours ordinaires. Le poulet, le poisson et le fromage de soja sont les plats indispensables, parce qu’ils signifient, selon l’homonymie du chinois, le bon augure et l’excédent de grains et d’argent. Après le dîner, on bavarde, parfois en regardant la télévision, notamment la très populaire soirée de gala organisée par la chaîne nationale.

Le 1er du premier mois de lune, les chinois se lèvent aux aurores. Ils s’habillent de vêtements de fête, adressent leurs salutations à leurs parents et donnent à leurs enfants un peu d’argent, cela est identique aux étrennes chez nous. Pour les gens du Nord, lors du premier repas du Nouvel An, on mange habituellement des jiaozi, et pour les gens du Sud, des gâteaux de riz glutineux. Parce que jiaozi signifie par homonymie « adieu à l’année qui s’achève et accueil de l’année qui arrive »… sa forme ressemble au lingot d’or antique ; alors que l’homonymie du chinois de « gâteau de riz glutineux » signifie « tout va mieux d’année en année ». Du 1er au 5 de ce mois, les parents, amis, camarades de classe et collègues se rendent visite les uns aux autres pour présenter leurs vœux de bonne année et échanger des cadeaux.

pétard

Lancer des pétards est l’une des traditions représentatives de la fête du Printemps. Les éclats de pétards sont censés chasser les démons et on prie au son de ces pétards, pour la paix et le bonheur. Il est bien regrettable que depuis quelques années, le lancement des pétards soit interdit complètement ou partiellement dans certaines villes à cause de l’insécurité et de la pollution causés par les bruits et la fumée. On est alors contraint d’écouter les éclats des pétards émis par des cassettes ou ceux des ballons artificiellement crevés. Certaines personnes suspendent dans le salon des imitations de pétards. L’atmosphère chaleureuse de la fête règne non seulement dans toutes les familles, mais également dans les rues. On assiste à la danse des Lions ou du Dragon, l’on peut aussi flâner au marché des fleurs ou aller à la foire. L’animation dure jusqu’à la fin de la fête du Printemps, soit le 15 du 1er mois de lune. La Chine possède 56 ethnies, la date de la fête du Printemps chez les minorités ethniques est la même (ou proche) que chez les Han, mais les us et coutumes diffèrent.

Article : Xuanji.fr

Programme du Nouvel An chinois 2018 à Paris

nouvel an chinois

Le programme de Franceinfotv.fr à Paris du 16  au 22 février 2018

Je vous invite à suivre ce lien plus bas, pour découvrir le programme de la semaine du Nouvel An Chinois 2018 à Paris, qui mérite le détour, par les nombreuses manifestions et les nombreux ateliers proposés, également les conférences, auxquelles vous pourrez assister… spectacles, danses et dégustations sont aux programmes du 16 au 22 février 2018, c’est avant tout un moment de partage et de fête, à ne pas manquer si vous habitez la région parisienne ou dans les environs… ou carrément si vous êtes de passage. Vous pourrez ainsi découvrir les us et les coutumes traditionnels chinoises pour la nouvelle année du Chien de Terre Yang 2018. Enfin, n’hésitez pas à faire passer le message.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/nouvel-an-chinois-2018-programme-paris-1422011.html

Article : Xuanji.fr

 

Le jour du solstice d’hiver

solstice d'hiverDongzhi (冬至)

Il y a plus de 2 500 ans, à l’époque des Printemps et Automnes (770-221 av. J.-C.), la Chine a déterminé avec le cadran solaire primitif le solstice d’hiver. C’est la première partie qui fut déterminée parmi les 24 périodes de l’année climatique. Elle se situe entre les 22 et 23 décembre. Lors du jour de solstice d’hiver, la journée est la plus courte et la nuit la plus longue dans l’hémisphère Nord. Après ce jour, les journées deviennent plus longues et l’aspect « yang »se rehausse, débutant un nouveau cycle. Il est donc considéré en Chine comme un jour favorable.

Huntun

La célébration du Jour de solstice d’hiver date de la dynastie des Hans (206 avant J.-C. -200). Elle est devenue régulière sous les dynasties des Tang (960-1279). Sous la dynastie des Han, le solstice d’hiver a été considéré comme la fête d’hiver et une cérémonie de célébration officielle devait être organisée chaque année. Ce jour-là, les fonctionnaires bénéficiaient d’un jour de congé, l’armée restait surplace, la passe frontalière était fermée ainsi que les boutiques, et les amis se rendaient visite, en offrant mutuellement un cadeau. Sous la dynastie des Tang et des Song, les gens du peuple offraient ce jour-là un sacrifice aux ancêtres et présentaient leurs meilleurs vœux à leurs parents. L’empereur participait quant à lui à la cérémonie du culte au ciel, organisé dans la banlieue de la capitale. Dans les documents de la dynastie des Qing (1644-1911), on lisait cette inscription : « Le solstice d’hiver est plus important que la fête du Printemps ». Cela montre que les ancêtres attachaient une grande importance au jour du solstice d’hiver. Photo ci-dessus : la fameuse soupe de raviolis appelée « Huntun ».

Tangyuans 2

Lors du solstice d’hiver, on a coutume de manger des « huntun » (soupe de petits raviolis (image ci-contre) dans certaines régions du nord de la Chine et des raviolis dans certaines autres régions. Ces repas permettaient aux gens de ne pas craindre le froid… Dans le sud, on mange des haricots rouges cuits afin de chasser les épidémies et les démons ou des « tangyuan » (boulettes de riz glutineux fourrées). Les « tangyuan » peuvent aussi être offerts comme offrandes aux ancêtres ou comme cadeau aux amis. Dans la province de Taiwan, la tradition d’offrir des gâteaux appelés neuf-feuilles aux ancêtres, le jour du solstice d’hiver, s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Des offrandes peuvent aussi des gâteaux de farine de riz glutineux en forme de coq, de canard, de tortue,  de cochon, de bœuf ou de mouton, cuits à la vapeur. Ce jour-là, les gens d’un même clan se rassemblement dans le temple des ancêtres pour se prosterner, selon l’ordre de leurs générations, devant les tablettes des ancêtres. Après la fin des rites, ils festoient ensemble. Photo ci-dessus : les tangyuans ou boulettes de riz, pouvant être de différentes couleurs.

Article : Xuanji.fr

Fête de la lune (2)

Préparation des gâteaux de lune

Il était fort sympathique de faire partager aux internautes la fête de la mi-automne, notamment par la préparation des gâteaux de lune (ayant lieu actuellement), avec une vidéo via You Tube des recettes de Bonnie. Ainsi, si l’envie vous prend de réaliser des gâteaux de lune, ne serait-ce que par curiosité alors vous n’aurez qu’à suivre les conseils avisés de cette formidable cuisinière expérimentée. Bonne cuisine à vous.

Les nombreux mets dégustés lors de cette fête

Nombreux sont les mets que mangent les chinois durant cette fête très importante de la mi-automne (tournant autour de 12 plats environ). Cette vidéo-ci-dessous, vous montre l’étendu des produits dégustés durant la fête de la mi-automne, d’où l’importance de repas extrêmement riches et copieux pour marquer l’événement fêté chaque année depuis plus de 1 300 ans, en rassemblant toute la famille autour d’une table ronde de préférence (représentative de la lune). C’est une soirée essentiellement consacrée à la lune.

Fête de la lune (1)

Fête de la mi-automne 中秋节,                                                                                             à partir du 15 septembre 2016

luneLa fête de la Mi-Automne a lieu en Chine le 15ème jour du 8ème mois lunaire (environ en octobre). Elle remonte très loin dans l’histoire de l’empire du milieu. En Chine antique, il y avait le système d’hommage au soleil au printemps et à la lune en automne. Dans les documents de la dynastie des Zhou (environ 11ème siècle -256 avant notre ère), on peut trouver des inscriptions sur la « mi-automne ». Plus tard, imitant ces inscriptions, les nobles et les hommes de lettre admiraient la pleine lune, lui rendaient hommage et lui exprimaient leurs sentiments dans la nuit de la fête de la Mi-Automne. Cette coutume s’est transmise parmi le peuple. Elle est devenu progressivement une tradition. Vers la dynastie des Tang (618-907), la fête de la Mi-Automne est devenue régulière ; à l’époque des Song (960-1279), elle était solennelle ; et sous les dynasties des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911), elle est devenue l’une des principales fêtes en Chine. Elle passe comme la fête la plus importante après le nouvel an chinois.

L’origine de cette fête ?

rt

Selon des légendes, dans la haute antiquité, il y avait dix soleils dans le ciel. La chaleur torride détruisit les jeunes pousses de céréales et le peuple croupissait dans la misère. Un héros herculéen du nom de Hou Yi monta au sommet du mont Kunlun. Il tira à l’arc neuf soleils et ordonna au dernier soleil de se lever et de descendre régulièrement tous les jours. Grâce à ses exploits héroïques, le peuple commença à mener une vie heureuse, le respectait et lui vouait une affection respectueuse. Beaucoup de gens venaient le reconnaître pour maître. Peng Meng en était un. La belle femme de Hou Yi s’appelait Chang E. Un jour, Hou Yi alla au mont Kunlun pour visiter son ami. En route, il rencontra l’impératrice Wang céleste. Cette dernière lui donna un sachet de remède miraculeux en lui disant qu’après avoir pris ce remède, on pourrait devenir immortel. Hou Yi refusa de se séparer de sa femme et lui remit le remède. Chang E cacha le remède dans une boîte, mais Peng Meng s’en aperçu.

Un jour, Hou Yi sortit de la maison. Profitant de cette occasion, Peng Meng, une épée dans la main, força Chang E à lui donner le remède. Face à la menace, Chang E n’avait d’autres choix que d’avaler le remède. Résultat, elle s’envola et et rejoignit la lune tandis que Peng Meng s’enfuit. En rentrant chez lui, Hou Yi se prolongea dans une affliction extrêmement profonde. Il cria sans cesse au ciel le nom de sa femme. Puis, il aperçut étonnamment que ce soir la lune était particulièrement claire et brillante et qu’il y avait une silhouette ressemblant à Chang E qui remuait dans la lune. Il courut de toutes ses forces après la lune, mais ne put l’attraper.

Hou Yi pensait à sa femme tous les jours surtout dans la nuit. Il installa dans le jardin derrière la maison une table à encens sur laquelle il mit des sucreries et des fruits que Chang E aimait manger, pour exprimer la nostalgie de sa femme dans la lune. Après avoir appris cet événement, les villageois mirent aussi en place une table à encens pour prier Chang E de bénir leur bon augure et leur bonheur. Dès lors, présenter ses vœux à la lune en mi-automne est devenu une coutume populaire qui s’est transmise jusqu à nos jours. Ci-dessous, découvrez le dessin animé de Ching Chan Shen :

Les 2 autres légendes liées à cette fête                                                                        

Durant la dynastie Tang (618-901), une minorité nationale du nom de tujue, attaquait fréquemment la frontière nord de la Chine, c’est ainsi que l’Empereur Li Shimin décida d’envoyer le général Li Jing à la tête d’une armée. Après quelques mois de guerre, Li Jing réussit à repousser les Tujue pour rétablir la paix. La campagne militaire terminée, le général rentra à Chang’an, la capitale, où il arriva le 15 août du calendrier lunaire. L’Empereur le fit accueillir en grande pompe, comme un héros, au son des cloches et des tambours. En l’honneur de cette victoire et de la paix retrouvée, un marchand de Chang’an créa pour l’Empereur un gâteau spécial de forme ronde et coloré. L’Empereur Li Shimin le distribua à ses ministres et leur dit qu’il fallait le manger pour inviter la lune. Voilà pourquoi il s’appelle « Gâteau de lune ». Depuis, la fête de la mi-automne est l’occasion pour les Chinois de manger des gâteaux de lune… et peut-être aussi de se souvenir de l’Empereur Li Shimin et du Général Li Jing. La seconde légende taoïste parle de « La fuite de Chang-e » et de « Wugang coupe l’Osmanthus ».

Coutumes et traditions

gateauxLes us et coutumes liés à la fête de la Mi-Automne varient selon les différentes régions… Mais, exprimer son amour profond pour la vie et l’aspiration à un bel avenir est une tradition commune. A présent, admirer la pleine lune et manger des gâteaux de lune sont les principales traditions de cette fête. La fête de la Mi-Automne tombe le 15 du 8e mois lunaire, en saison d’automne lorsque les cultures sont moissonnées, les fruits sont mûres et le temps est agréable. Lors de la fête, les membres de la famille ou les amis se réunissent à une table placée dans une cour pour admirer la lune lumineuse, en bavardant et en dégustant des gâteaux et des fruits. Dans les sites pittoresques, les activités de fête sont plus riches et variées.

La fête des gâteaux de Lune « Yue Bing »

gateaux de luneTraditionnellement fêté le 15ème jour du 8ème mois lunaire, la fête de la lune est généralement fêtée en septembre. Le jour choisit offre la lune la plus ronde et la plus lumineuse de l’année, ce qui symbolise l’unité familiale et le rassemblement. On s’a s’accorde en général pour y voir la synthèse d’un ancien culte lunaire et d’une fête agricole, célébration des récoltes de l’année accompagnées d’un festin. C’est l’anniversaire du dieu soleil, le  » fonctionnaire divin  » local, et les paysans en profitent pour solliciter sa bienveillance pour l’année à venir. La fête de la mi-automne représente l’un des deux plus importants congés du calendrier chinois, l’autre étant la nouvelle année lunaire chinoise, ou nouvel an chinois; elle est jour férié dans de nombreux pays asiatiques. Elle est également appelée « fête des Lanternes » ou « fête des Gâteaux de lune ». Des gâteaux délicieux ornent les tables, autant sucrés que salés, et variés aux légumes ou à la viande, ceci avec des motifs ou sinogrammes de bonheur. C’est le moment pour réunir la famille afin de contempler et vénérer la lune. Ainsi de grands pique-niques nocturnes s’organisent ça et là un  peu partout, dans les parcs, dans les rues, dans les écoles, avec des enfants défilant heureux lanterne éclairée à la main. Cela résume la joie, les récoltes et les retrouvailles. C’est aussi pour les chinois expatriés, le moment de regarder la lune afin de penser à leur famille et leur pays natal. La fête de la lune est également présente dans d’autres pays asiatiques comme le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, Hong-Kong, la Corée et au Japon.